Comment reconnaitre une huile essentielle de qualité ?

Pour s'assurer de la bonne qualité d'une huile essentielle, commencez par regarder sur l’étiquette l’appellation de la plante : genre, espèce et mode de culture (le genre et l’espèce peuvent être renseignés en français mais il est primordial qu’ils soient aussi renseignés en latin).

Selon l’endroit où a été cultivée une plante, l’huile essentielle extraite aura des vertus thérapeutiques différentes et des spécificités biochimiques différentes. C’est ce que l’on appelle le chémotype d’une huile essentielle. C’est grâce à une analyse du chémotype (analyse chromatographique) qu’on peut déterminer les vertus thérapeutiques d’une huile essentielle.

Le type de culture vous renseignera si la plante est sauvage ou cultivée et si elle est issue d'une culture biologique ou non. (Les huiles essentielles issues de l’agriculture biologique sont reconnaissables par le logo affiché sur l’étiquette). Privilégiez en premier une culture sauvage, en second l’agriculture biologique, surtout si vous les utilisez par voie interne. Le mode de culture conventionnelle est à choisir seulement et seulement en dernier recours. La culture conventionnelle correspond à une culture utilisant les pesticides, autres polluants et anti-insectes. Ces substances toxiques se retrouvent dans l’huile essentielle.

Les vertus thérapeutiques sont différentes selon la partie distillée de la plante. Par exemple, l’écorce d'une plante ne contient pas la même essence que ses feuilles.
Les parties à distiller d’une plante sont : bois, racines, écorce, gousse, zestes, feuilles, fruits, etc.

Choisissez des huiles essentielles pures, naturelles, et chémotypées :

L’huile essentielle doit être naturelle : elle doit être composée seulement de molécules aromatiques trouvées dans le liquide qui résulte de la distillation de la plante. Le reste du liquide qui ne fera pas partie de l'huile essentielle est l’hydrolat.

L'huile essentielle doit être pure : Elle ne doit pas être coupée avec une autre substance telle que les huiles végétales, de l'alcool, une autre huile essentielle proche, etc.

Sur l'étiquette de vos huiles essentielles, vous devrez pouvoir trouver :

  • le nom en latin
  • le chémotype (endroit où a été cultivée la plante)
  • la partie distillée (feuille, zeste, ...)
  • le mode de culture (agriculture bio, culture sauvage, culture conventionnelle, ...)
  • Huile essentielle pure et naturelle
  • le N° de lot (qui vous garanti la traçabilité jusque chez le fournisseur
  • la date limite d’utilisation.

LES LOGOS

Notez que le bio est indispensable pour les huiles essentielles d’agrumes (plus souvent appelées "essences") car on presse le zeste pour obtenir l'essence, et les pesticides se trouvent surtout à cet endroit sur les les agrumes.

regenerescence.com : L'essence de la Régénération / Essence of Regeneration | Cosmetique, Régénérescence, Huiles essentielles       Ecocert vérifie et certifie l’origine biologique des huiles essentielles et prouve également qu'elles sont 100 % naturelles. En revanche, Ecocert ne fait pas d'analyses des molécules aromatiques (chémotype) contenues dans les huiles essentielles. C’est le but des certifications HEBBD et HECT.

Utiliser les logos – Agence Bio           Le label AB s’engage à respecter que les huiles essentielles proviennent :

- de plantes sauvages (la plante qui a poussé dans son milieu naturel sans intervention de l’Homme offre l’huile essentielle de la plus haute qualité).

- ou de plantes de culture certifiées « BIO »

- ou de plantes de culture écologique : sans apport de produits chimiques.

Peut-on faire confiance au label Cosmebio ?Le logo Cosmebio certifie que les huiles essentielles proviennent d’une culture biologique mais ne certifie pas que l'huile essentielle est 100% naturelle. Il ne faut donc pas se fier uniquement à ce logo pour acheter une huile essentielle car il n’est pas adapté à cela.

Label bio de l'Union européenne — Wikipédia      Le logo européen “agriculture biologique”  aussi appelé “Eurofeuille” (c'est le cas pour les huiles essentielles que nous proposons) :

Sa présence sur l’étiquetage assure le respect du règlement sur l’agriculture biologique de l’Union européenne.

Le logo européen  peut être appliqué sur les produits qui :

  • contiennent 100% d’ingrédients issus du mode de production biologique ou au moins 95% de produits agricoles biologiques dans le cas des produits transformés, si la part restante n’est pas disponible en bio et est expressément autorisée,
  • sont conformes aux règles du système officiel de contrôle et de certification,
  • portent le nom du producteur, du préparateur ou du distributeur et le numéro d’agrément de l’organisme de  certification.

Ce logo est devenu obligatoire le 1er juillet 2010 sur les étiquetages des produits alimentaires préemballés dans l’Union européenne. Il est facultatif pour les produits importés.

Dans tous les cas où il est utilisé, doivent figurer à proximité :

  • l’indication du lieu de production des matières premières agricoles composant le produit sous la forme : «Agriculture UE», «Agriculture non UE» ou “Agriculture UE/non UE”, avec la possibilité de mentionner le pays,
    Il est possible de remplacer l’indication “UE” ou “non UE” par le nom d’un pays lorsqu’au moins 98% en poids des matières premières agricoles proviennent de celui-ci
  • le numéro de code de l’organisme certificateur.

Les logos nationaux et privés peuvent être utilisés en complément.